Le soleil, la mer et les mecs~

Aller en bas

Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Wolfram von Bielefeld le Dim 20 Juin 2010 - 16:32

L'odeur, cette odeur était vraiment insupportable ! Pas qu'il puait dans le pensionnat, où dans les dortoirs des fox, mais c'était presque ça! Avec cette chaleur torride, impossible pour un garçon de ne pas transpirer, même avec un bon déodorant. Et puis même... ne mettons pas la faute sur tout les autres, les poubelles y sont aussi pour quelque chose. La chaleur décuplant les odeurs, celles des poubelles pas encore vidées commençaient à se faire de trop. Par chance Wolfram vaporisa un peu de son parfum dans le dortoir, pour ne pas mourir d'asphyxement en allant dormir. Lui qui allait faire ses devoirs de vacances rangea ses affaires en vitesse, au diable les DM et autres obligations! La tentation était beaucoup trop forte en voyant le soleil brillant dans le ciel, aveuglant par la même occasion. Il se mit dans un coin de la pièce et enfila son mayo de bain, mettant un pantalon trois-quart délavé bleu par dessus, et un top bleu ciel. Il ce prit un grand éssuit, enfila ses tongs et sorti des dortoirs, son essuit sous le bras, pas besoin de prendre un sac, la mer étant juste à quelques mètres du pensionnat.

Il arriva bien vite à bon port, sentant déjà l'odeur de l'eau salé et du sable lui donnant envie. Tout de même un peu de convenance, il marcha lentement sur le sable, bien que lui brulant les pieds pour ensuite étaler son éssuit dessus, regardant en vitesse autour de lui et enlevant son haut et son pantalon, les pliants et les mettants sur l'essui, mettant de l'autre coté ses tongs, sûrement de peur que son essui blanc neige s'envole en ce temps étouffant sans un souffle d'air.
Il se dirigea vers la mer, mettant ses pieds dedant pour s'arracher de tout son corps des frissons, avançant lentement. Effectivement l'eau était gelée, surtout qu'elle refroidissait d'un coup le corps chauffé du blondinet. Il se stoppa un instant, tournant la tête vers une personne qui semblait elle aussi avoir les mêmes difficultées que pour rentrer dans l'eau froide. Il plissa les yeux légerement, regardant mieux et s'appercevant qu'il le connaissait. Son nom lui échappa pendant un bref instant mais il s'en souvena bien rapidement, comment oublier un tel professeur?! Que de bons souvenirs avec lui... Bien qu'il se soie prit des congés pendant un long moment et que personne n'a eu des nouvelles de lui.

Il esquissa un sourir en se rapprochant doucement, il n'avait pas changé d'un poil, en tout les cas de dos, reste à voir ce qu'il en est du visage, mais après! Wolfram était bien trop occupé à metre son plan qu'il venait de tout juste avoir à éxécusion. Il arriva finalleemnt derrière lui et le poussa d'un coup, doucement tout de même, il reste un professeur, faudrait pas que le délegué de classe se fasse coller! Il rigola en le voyant tomber à l'eau de tout son long, les regards des autres personnes rivés vers eux, les autres personnes sûrement avec pleins de quesions stupides en tête envers ce petit blond tout aussi stupide.

_________________

avatar
Wolfram von Bielefeld
Délégué des élèves
Délégué des élèves

Féminin
Nombre de messages : 807
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://i-m-your-gphishing-site.wwwyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Shiguré Soma le Dim 20 Juin 2010 - 17:16

1 an. Oui cela devait bien faire 1 an que Shiguré n’avait pas remit les pieds au pensionnat du bonheur, qu’il avait pourtant lui-même fondé sous les directives d’Ayamé, son cher cousin. Le soleil était brulant aujourd’hui, et l’air étouffant. Shiguré marchait le long de la plage vêtu d’un maillot de bain sous son habituel kimono. Refaire une apparition si soudaine dans le pensionnat après être parti sans rien dire à personne ne serait sans doute pas une chose très bien vue. Mais cet endroit lui avait cruellement manqué. Cet endroit, et toutes les personnes qui le peuplaient. Shiguré n’était pas un sentimental, loin de là, et sa réussite personnelle était la chose la plus importante pour lui. Mais ici, au bord de la mer, sur cette île, entre les murs de pierre du pensionnat, il avait été vraiment heureux. Son esprit s’emplit de tous les souvenirs qui hantaient cet endroit. Quel bonheur… Revenir ici après tout ce temps. Comment avait il pu seulement quitter ce lieu ?

Le professeur de théâtre, qui avait laissé son poste vacant si longtemps, déposa son kimono sur le sable chaud et avança prudemment dans l’eau. Elle était froide. Il songea qui si quelqu’un le voyait ici, si quelqu’un le reconnaissait, il se dirait surement qu’il ne manquait pas d’air de revenir ainsi après tout ce temps, comme si de rien n’était. Et au fond, c’était bien vrai. Shiguré était l’une des personnes les plus sans gène qu’il eu était donné de rencontrer.

Alors qu’il en était là de ses réflexions, appréciant l’eau fraiche qui lui éclaboussait les jambes, et ne songeant même pas à quelle raison il pourrait bien donner pour expliquer sa si longue absence, l’écrivain sentit des mains s’appuyer contre son dos et le pousser volontairement la tête la première dans l’eau.

« WAAAAAAAaaaAAAAaaaaaAAAAaaaah » s’écria Shiguré avant que sa tête ne s’enfonce dans les flots tumultueux de la mer, laissant par la même occasion l’eau salée pénétrer dans sa bouche. Il se releva d’un bond, à la fois furieux et surpris, une algue trônant au sommet de son crâne et de l’eau dégoulinant tout le long de son corps. Il recracha l’eau qui lui restait dans la bouche de manière très peu élégante et essuya d’un revers de la main un filet de bave au coin de sa lèvre. Puis ses yeux se posèrent sur l’élève hilare qui se tenait alors devant lui. Mince, blond, des magnifiques yeux bleus, et un sourire narquois, Shiguré l’aurait reconnu entre milles. Wolfram Von Bielefeld. L’élève le plus charismatique et le plus insupportable que cette école ai connu. Des milliers de souvenirs l’unissaient au délégué des élèves, à commencer par les nombreuses heures de retenues qu’il avait menacé de lui mettre, et par les cours de théâtre où le professeur prenait un malin plaisir à donner à son élève tous les rôles féminins qu’il pouvait trouver. Bien évidement Wolfram ne se laissait pas faire, loin de là, en témoignait l’acte qu’il venait de commettre en poussant son professeur dans l’eau.

« ESPECE DE PETITE CROTTE DE CALAMARD ! » s’écria Shiguré sur un ton faussement furieux, bien trop heureux de retrouver cet élève qu’il appréciait tant, malgré les apparences, pour pouvoir le réprimander sérieusement. « Non mais tu n’as pas honte ? Pousser ainsi ton ainé, ton professeur, celui que tu devrais admirer chaque seconde de ton existence ? Pourquoi tant de violence alors que le soleil brille et que des tas de jeunes garçons en fleurs cherchent l’âme sœur, et n’attendent plus que moi pour franchir le pas qui leur permettra de devenir enfin de vrais hommes ? »

A la fin de sa tirade faussement romantique, Shiguré se baissa brusquement pour saisir de l’eau entre ses mains et arroser son élève « SANS COMPTER QUE L’EAU EST HORRIBLEMENT FROIIIIDE !!!! » Il répéta ce geste plusieurs fois pour arroser Wolfram du mieux qu’il pu. Sur la plage, tous les élèves qui n’avaient sans doute pas eu l’occasion de connaitre Shiguré du temps où il était professeur dans le pensionnat, fixaient cet étrange duo que formaient le délégué des élèves et cet homme si bruyant, se demandant sans doute pourquoi ces personnes les dérangeaient avec leur vacarme dans la torpeur de cette journée d’été.


Dernière édition par Shiguré Soma le Dim 20 Juin 2010 - 20:41, édité 1 fois

_________________
avatar
Shiguré Soma
Professeur de Théâtre
Professeur de Théâtre

Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 26
Localisation : In the spaaaaaaaaaaace ~~ youhouuu
Humeur : encore trop bu
Date d'inscription : 18/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Wolfram von Bielefeld le Dim 20 Juin 2010 - 18:12

Wolfram était toujours hilare devant son professeur de théatre, l'algue sur son crâne et son air pitteux n'arrangeait rien du tout, le blond se tenait le ventre, des larmes perlant aux coins des yeux, il n'en pouvait plus! Il allait finir par se pisser dessus si il continuait comme ça, et il continua d'ailleurs comme ça! Cette expression de se faire pipi dessus à force de rire ne s'appliqua pas à Wolfram par chance!

Il n'eut même pas le temp de se reculer quand Shiguré lui envoya de l'eau, il aurait dut se douter qu'il allait faire quelque chose comme ça, il aurait dut s'y attendre! Mais même en voyant bien l'eau venir vers lui au ralentit il en eut la surprise de la sentir sur son corp tant elle était froide. Il ésseya de ce reculer, ésseyant aussi de se proteger de cette froideur mais en vain, mouillé de la tête au pied. La dernière arrosade du professeur acheva le délegué qui se prit de l'eau en plein le visage, en avalant et s'en prenant dans les yeux.
Il se les ressuya pour ne pas que ça lui pique encore, recrachant l'eau avalée, tout aussi proprement que Shiguré l'avait fait précédement.

Maintenant tout les deux dans un état pitoyable, mouillé jusqu'au os, les yeux rougis à cause de l'eau salée, il ne put que se metre de nouveau à rire, ne ce moquant plus de son professeur tout seul, ce moquant cette fois d'eux deux.
Il tourna le visage vers les gens alors qu'un petit accompagné de sa mère pointait les deux petites crottes de calamards dans l'eau. Rougissant un peu de honte de ce faire remarquer ainsi il reporta son attention vers l'homme plus âgé et -soit disant- plus mature que lui en arrêtant de rire, un sourir toujours collé aux lèvres.

" Les jeunes garçons qui sont sur la plage ne cherche pas un vieux shnok pour les dépuceler, surtout si ce dernier est lui même encore puceau. "

Il s'approcha de lui, non non , il n'allait plus rien faire de bien méchant, ni de salop. Il avançea sa main à son visage et retira l'algue sur son crâne en rigolant doucement, moins fort que précédement, ne voulant pas éffrayer tout les gens sur le sable.

' Je ne pense pas de plus qu'ils veulent un homme poisson. "

Il lacha lalgue dans l'eau, tirant la langue un instant à son professeur. Han et puis merde pour les petits qu'il choquerait sur le sable. Il ce laissa aller à ses envies, trop tententes, et encercla Shiguré de ses bras, le serrant contre lui fortement alors qu'il mit son visage dans sa nuque pour cacher son sourir heureux.

" Ca fait longtemps chère professeur... Vous nous avez manquer professeur indigne! "

_________________

avatar
Wolfram von Bielefeld
Délégué des élèves
Délégué des élèves

Féminin
Nombre de messages : 807
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://i-m-your-gphishing-site.wwwyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Shiguré Soma le Dim 20 Juin 2010 - 20:40

Shiguré laissa un rire purement joyeux s’échapper de ses lèvres. Que c’était bon de retrouver cet endroit, de retrouver Wolfram et leurs querelles stupides. Les rires du délégué des élèves et du professeur de théâtre se mêlèrent pendant un instant du moins jusqu’à ce que Wolfram arrête son rire pour prendre la parole, ne manquant pas une occasion de se moquer de son professeur. Celui-ci se sentait réellement bien, et ne réalisa même pas lorsque Wolfram retira l’algue qui avait élu domicile dans sa chevelure trempée.

Lorsque Wolfram le qualifia d’homme poisson, Shiguré ne pu s’empêcher d’éclater à nouveau de rire, rendant inutile toute tentative de discrétion de la part de son élève. En effet, le rire du professeur était bien loin d’être discret, et en l’occurrence il riait si fort et de si bon cœur qu’on devait l’entendre au moins jusque dans le pensionnat. Mais, à vrai dire, l’écrivain s’en moquait royalement à cet instant précis. Cela faisait bien longtemps qu’il ne c’était pas senti aussi bien et il voulait profiter pleinement de ce moment privilégié. De ces retrouvailles qu’il avait tant attendues sans oser se l’avouer.

« Mon petit Wolfram, si tu voyais ta tête, tu ne te permettrais pas de me qualifier ainsi… » Renchérit le professeur entre deux éclats de rire. « On jurerait que tu viens de prendre une bonne douche. » Ce qui, en somme, était un peu vrai, compte tenu de la vigueur avec laquelle Shiguré venait de l’arroser. Puis il recommença à rire de plus belle, des larmes de joie coulant le long de ses joues tant il trouvait cette situation risible. Comme dit le dicton « il en faut peu pour être heureux » et actuellement Shiguré était heureux.

Son rire ne cessa que lorsqu’il sentit les bras de Wolfram se refermer autour de lui, laissant place à une émotion toute nouvelle : la joie des retrouvailles avec une personne chère à son cœur. Les maigres bras de son élève le serraient avec force, et Shiguré ne put s’empêcher de penser qu’il était un homme à présent, et non plus le jeune élève qu’il avait connu. Un an c’est court et long à la fois. Il se passe tant de choses en un an… Le professeur de théâtre ferma ses yeux pour profiter de cet instant. « Oui… ça fait bien longtemps… Trop. » Un silence s’installa pendant lequel les deux hommes ne bougèrent pas. Puis Shiguré ajouta « Vous m’avez tous manqué aussi… Tu m’as manqué, Wolfram. »

Le temps semblait comme suspendu. La chaleur était toujours aussi étouffante mais les corps mouillés des deux amis, car après tout ils étaient avant tout des amis, ne leur permettaient pas de la ressentir. Une brise chaude soufflait faisant tomber des gouttes d’eau salées le long de leurs cheveux jusque dans leur cou. Shiguré se décida alors à resserrer à son tour ses bras autour du corps de son élève, le tenant fermement dans ses bras.

Puis sans bouger de cette position, il tapota la tête du blondinet d’une main et dit d’un ton enjoué « Il va falloir rattraper le temps perdu avec ton bon professeur, mon cher élève. Veux tu que nous commencions maintenant à la vue de tous ou préfères tu que nous allions dans ton dortoir ? » Conscient du sous entendu volontairement pervers de sa phrase Shiguré afficha un sourire on ne peut plus satisfait, à mis chemin entre la niaiserie et la stupidité. Bien évidement le professeur n’en pensait pas moins, et disait cela uniquement dans le but de taquiner son élève. En effet il n’était pas sans savoir le succès du blondinet auprès des garçons et ne doutait pas du fait que Wolfram soit actuellement en couple, il savait donc qu’il ne risquait absolument rien en faisant ce genre de proposition, mis à part peut être de se faire remonter les bretelles par son élève outré.

_________________
avatar
Shiguré Soma
Professeur de Théâtre
Professeur de Théâtre

Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 26
Localisation : In the spaaaaaaaaaaace ~~ youhouuu
Humeur : encore trop bu
Date d'inscription : 18/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Wolfram von Bielefeld le Sam 14 Aoû 2010 - 13:22

Wolfram sentit son cœur rater un battement quand son professeur, son ami d’enfance passa ses bras autour de lui pour le serrer à son tour. Quelques frissons parcoururent le dos du blond tandis que des goûtes froide ruisselait ce dernier. Il resta silencieux pendant un moment, ne bougeant plus, appréciant seulement d’être dans les bras de son professeur. A ce qu’il se souvienne bien c’est leur toute première étreindre.

*pas la dernière… *

Alors que les pensées du blond étaient sur le moment toute rivées vers une seule personne il se mit légèrement à rigoler de bonheur. Qu’allaient penser ses camarades de classe en le voyant dans les bras d’un homme plus âgé que lui, presque nu d’ailleurs, alors qu’ils le savent déjà en couple avec Sunao Fujimori ?! Et puis surtout à cause de cette ambiance toute fleur bleue. Elle arrivait même à étonner Wolfram. D’habitude ce genre d’ambiance ce n’est que pour Sunao et lui, mais là elle était présente avec son professeur.
Elle partie cependant bien vite quand celui-ci lâcha des bêtises, pour ne pas changer. Le silence ce rompit alors que Wolfram se mit à rire bien fort, ne se privant pas pour donner une petite tape derrière la tête du Soma. Il passa cette même main devant et déposa un doigt au milieu du torse de son ami, le glissant jusqu’à son ventre avec un sourire narquois, une lueur dans les yeux.

"Ho mais ne t’inquiète pas pour ça mon chou, je me suis vraiment amélioré. Ne nous privons pas pour montrer notre amour torride à tout le monde. "

Il le taquinait bien sur. Certes il allait continuer à le taquiner de cette façon, c’était tellement amusant de voir les diverses réactions qu’il ne connaissait pas encore de son professeur. Lentement il remonta sa main de son ventre jusqu’à sa nuque et la titilla doucement, rapprochant son visage dangereusement du sien afin de s’arrêter à quelque centimètre pour enfin lui tirer la langue.

" Aurais-tu peur de choquer quelqu’un ? "

Un plus grand sourire se dessina sur son visage, un sourire pleins de dents. Il repoussa son professeur dans l’eau froide, regardant si il avait la tête hors de l’eau tout de même, il ne voulait pas le noyer alors qu’il venait enfin de le retrouver. Puis d’un air de vainqueur il s’assit sur lui en croisant les bras, le regardant de haut pour bien montrer qu’en un an il l’a surpassé, ou pas.

_________________

avatar
Wolfram von Bielefeld
Délégué des élèves
Délégué des élèves

Féminin
Nombre de messages : 807
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://i-m-your-gphishing-site.wwwyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Shiguré Soma le Sam 14 Aoû 2010 - 17:03

Shiguré ricana intérieurement devant les gestes un peu trop familiers de Wolfram. Mais il fut tellement surprit de la réaction plutôt inattendue de son élève, qui d’habitude l’aurait sermonné et traité de gamin, qu’il ne réagit même pas lorsque celui-ci le repoussa dans l’eau, et il se retrouva donc à nouveau avec de l’eau jusqu’au cou, mais avec, cette fois ci, son élève assis à califourchon sur ses genoux. Le professeur le regarda avec de grands yeux étonnés et un air un peu bête, la bouche entre ouverte. Puis, sans prévenir, il éclata de rire, et posa un doigt sur la bouche de Wolfram comme pour lui demander le silence.

« Allons donc, penses-tu réellement que je me soucie de ce qui risque de choquer les autres, Wolfram ? Tu me connais assez pour savoir que c’est bien le dernier de mes soucis… »

Le professeur affichait un immense sourire, et abordait cet air moqueur que son élève connaissait bien. S’il y avait une chose au monde qu’il adorait c’était bien le taquiner.

« Cependant, continua-t-il, je me soucie énormément de ton bien être et je n’apprécierai pas qu’il t’arrive malheur par ma faute… »

Shiguré laissa un silence à la fin de sa phrase, comme pour lui donner une tonalité tragique, mais son sourire et le ton de sa voix sonnait affreusement faux, et il était flagrant qu’il était ironique au possible. Posant sa main sur le torse de Wolfram, il fit mine de le repousser gentiment, mais n’obtenant pas vraiment de réaction de la part de son élève il laissa retomber son bras. Il savait pertinemment que du point de vue physique, Wolfram le surpasserait largement et il ne voulait pas s'engager dans un corps à corps, moins par peur de perdre que par flemme de se débattre inutilement.

Le professeur fixa un point au dessus de l’épaule de Wolfram et laissa son visage prendre une expression interrogative, avant de demander l’air on ne peut plus innocent : « Tiens, Wolfram, qui est donc ce garçon, qui soit dit en passant a l’air vraiment mignon il doit avoir un succès fou si il est au pensionnat, et qui arrive vers nous l’air vraiment furieux ? Tu le connais ? »

Bien évidement, personne n’arrivait vers eux l’air furieux, du moins pour l’instant, mais ça, Wolfram qui était de dos ne pouvait pas le savoir. Shiguré mit sa main devant sa bouche, comme s’il réfléchissait, mais ce geste n’avait en fait pour unique raison que de dissimuler le sourire naissant sur les lèvres du professeur de théâtre. Cependant il ne pouvait pas camoufler ses yeux qui brillaient, emplit de malice, et qui trahissait son mauvais coup. Décidément, même s’il avait grandit et était devenu de plus en plus beau, son élève n’avait pas changé et le taquiner était toujours aussi drôle.

_________________
avatar
Shiguré Soma
Professeur de Théâtre
Professeur de Théâtre

Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 26
Localisation : In the spaaaaaaaaaaace ~~ youhouuu
Humeur : encore trop bu
Date d'inscription : 18/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Wolfram von Bielefeld le Sam 25 Sep 2010 - 11:16

Wolfram s'amusait. C'était vrai que s’il tentait quelque chose ça serait comme une marque de tromperie envers Sunao, mais ce dernier ne donne plus signe de vie depuis bien longtemps... Et puis, si ça ce peut il s'amuse aussi très bien de son coté, alors pourquoi s'en priver?

Il souri en coin alors que le doigt de son professeur vint se poser sur ses lèvres, s'arrêtant de parler pour l'écouter attentivement. Et bien, si c'est le moindre de ses soucis alors tout est réglé!
Ou pas finalement... Il y a toujours un cependant ou un mais qui arrive quand on s'y attend le moins. Il blague, peut-être que ce qu'il dit est vrai, mais son sourire montre bien qu'il se moque, alors comment savoir si c'est la vérité? Si vraiment il se soucis de lui et n'apprécierait pas qu'il lui arrive malheur?

Il fit une moue boudeuse, sans pour autant bouder, il regardait son professeur essayer en vain de le repousser, mais ce n'est pas avec le peu de force qu'il a qu'il aurait réussit à faire quoi que ce soit. Pour le professeur de théâtre ce n’est pas de muscle, ou très peu, mais par un contre un joli minois. Surtout avec tout ces sourires: en coin, moqueur, ému, simple, sadique. En dehors de quand il a recrache très élégamment de l'eau et qu'il garde un filet de bave sur ses lèvres, on peut dire que tout de lui est beau. Ca c'est la réflexion que le blondin était en train de se faire en le regardant.

Mais bien vite il se sortit de ses rêveries, son professeur prenant un visage perplexe. Il écouta ses paroles et perdit son sourire tout en devenant blanc comme linge, si possible encore plus. D'un coup il se leva en se retournant, se trébuchant maladroitement avec le corps de son professeur toujours couché dans l'eau. Il retomba dans cette dernière lourdement, tête en première, les jambes retombant, elles, sur le ventre du Soma. Il se sortit la tête de l'eau, imitant l'élégance de son ami en recrachant l'eau qui lui était venue dans la gorge. Il ressuya sa bouche, ressuyant aussi son nez qui avait prit l'eau avec une grimace de dégout par rapport au goût de l'eau. Ses jambes sur le ventre du professeur ne l'aidèrent en rien à remonter, il dut s'appuyer dessus pour dire d'arriver à se bouger de lui et à enfin se lever, le short de bain tout retroussé, les cheveux éparpillé n'importe comment, lui collant contre le visage, lui donnant un véritable charme.... Ironie quand tu nous tiens...
Tout beau, il se retourna vers le point que Shiguré avait visé.

"Sunao ce n’est pas c'que tu..." Personne. Le blond chercha un peu autour de lui avant d'enfin tilter que Sunao n'avait jamais été là, mais que c'était simplement une farce de cette enflure.

A vrai dire aussi, il fallait un peu de la logique, Sunao n'est pas un homme sirène pour arriver dans les profondeurs des océans, et il n'est pas non plus libre en ce moment pour dire de venir trouver, comme par magie, Wolfram à la mer, alors que ce dernier ne lui a pas parlé depuis quelques temps.

Il abaissa la tête, une veine pulsante sur son crâne tout en serrant les poignets. Sur ce coup là, son tendre et aimé Shiguré... que dis-je? Cette saleté de petite crotte venait de lui faire une de ces peurs! Il ce retourna vers cette jolie crotte un sourire aux lèvres, pourtant il n'était pas content.

" Shiguré.... Espèce de... "

Il s'approcha de lui, les poings serrés et toujours l'immense, faux sourire aux lèvres pour venir par derrière et lui mètre une claque d'un coup bref et pas trop fort sur le crâne, suite à quoi il ce mit à le chatouiller sans relâche.

" Ha ça t'amuse de me faire des peurs bleus pareille hein?!! Tu vas voir, à défaut de pisser de peur toi tu pisseras de rire! Ce n’est pas mieux? "

_________________

avatar
Wolfram von Bielefeld
Délégué des élèves
Délégué des élèves

Féminin
Nombre de messages : 807
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://i-m-your-gphishing-site.wwwyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Shiguré Soma le Dim 24 Oct 2010 - 12:53

Shiguré n’avait pas pensé que sa petite blague marcherait aussi bien. Et il eut vraiment de la peine à se retenir de rire lorsqu’il vit blêmir le visage de Wolfram. Puis lorsque celui-ci se releva, bien difficilement avouons le, en ne manquant pas d’écraser son cher professeur au passage, s’en fut trop pour Shiguré qui commença à pouffer pitoyablement, se mordant l’intérieur des joues pour tenter de se retenir encore quelques secondes. L’écrivain trouvait ce moment tellement drôle qu’il ne lui vient même pas à l’esprit de se relever et qu’il resta assis dans l’eau, si bien que lorsque son élève comprit la supercherie il n’eut aucun mal à trouver comment se venger.

Shiguré, qui riait déjà de l’air énervé de Wolfram, éclata d’un rire pour le moins sonore lorsque ce dernier commença à la chatouiller. Tous les visages d’élèves amassés sur la plage se retournèrent une nouvelle fois vers eux. La discrétion n’était décidemment pas le fort du professeur de théâtre qui riait de plus en plus fort à mesure que Wolfram, victorieux, lui faisait comprendre qu’on ne rigolait pas de ces choses là.

« A… A… Arrêê… êêê.. Arrêêê… » tenta de balbutier Shiguré entre deux éclat de rire, sans pour autant trouver le succès escompté. Il se débattait comme un beau diable, envoyant des coups de pieds ou de poings où il pouvait mais dans son euphorie il ne prenait pas le temps de viser et manquait Wolfram à chaque fois.

« Arrêêête bon sang ! » parvient il à hurler avant de se remettre à rire de plus belle, se tordant dans tous les sens comme un asticot. Une personne qui assisterait à la scène vue de l’extérieur n’aurait jamais pu se douter qu’il s’agissait là d’un professeur et d’un élève, mais plutôt de deux vieux amis qui ne s’étaient pas vus depuis longtemps. Et au fond, c’était bien le cas. Shiguré, bien qu’il soit professeur de théâtre, n’avait pratiquement jamais donné un seul vrai cour, sa position auprès du directeur lui permettant sans doute de s’octroyer quelques libertés. Cependant, il c’était, depuis l’ouverture du pensionnat, énormément rapproché de Wolfram, qu’il avait vu arrivé ici tout juste adolescent, et qui maintenant était un homme, bien plus fort que lui avouons le, cette scène pouvant d’ailleurs en témoigné. Alors si la différence d’âge et de statut entre les deux jeunes hommes ne permettait pas qu’ils se considèrent réellement comme amis, ils étaient plutôt frères. Toujours près à se faire de mauvais coups, mais également toujours là pour se soutenir, ils savaient qu’ils pouvaient compter l’un sur l’autre.

Enfin, pour l’heure, Shiguré ne pouvait pas vraiment compter sur Wolfram pour arrêter ses chatouilles, et il se tordait toujours dans tous les sens, si bien qu’il en avait attrapé un poing de côté relativement douloureux, et que son rire tonitruant c’était quelques peu essoufflé.

Dans un élan désespéré le professeur parvient à attraper les mains du blond, et, tentant de reprendre son souffle tant bien que mal, il murmurra « A…rrête… Stop… Sinon… T’au…ras… une heure… de colle…. »

C’était en effet le seul moyen de pression qui lui restait, la force n’étant pas un moyen à utiliser contre Wolfram qui l’était bien plus que lui. Cependant, le professeur jouait un peu au bluff, car il ne pouvait pas en effet coller un élève pour « chatouilles intempestives suite à mauvaise blague du professeur ». Cela ne serait pas du meilleur effet, surtout qu’il n’avait plus remis les pieds au pensionnat depuis bien longtemps. Mais il était assez fourbe pour formuler les choses autrement, et ça, Wolfram le savait. Alors même si Shiguré n’avait pas l’intention de le faire, il comptait sur Wolfram pour se méfier et cesser toutes attaques envers son bien aimé professeur de théâtre. Non mais, on n’a pas idée de faire subir ça à ses ainés.
Les cheveux tout dégoulinant collés sur son visage et le regard narquois, un sourire en coin, le souffle toujours court de s’être autant débattu et surtout d’avoir autant ri, l’écrivain guettait la réaction du délégué des élèves attentivement, tout en maintenant toujours fermement ses poings entre les siens pour parer à toute tentative de récidive.


_________________
avatar
Shiguré Soma
Professeur de Théâtre
Professeur de Théâtre

Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 26
Localisation : In the spaaaaaaaaaaace ~~ youhouuu
Humeur : encore trop bu
Date d'inscription : 18/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Wolfram von Bielefeld le Dim 26 Déc 2010 - 1:05

Bizarrement tout le monde avait déserté l’eau salée depuis que Shiguré et Wolfram étaient tout les deux dedant et n’arrêtait pas de faire les gugusses avouons le. Tout les déserteurs de la mer avaient leur regard tournés vers eux. Cerains plus discret que d’autres qui les pointait du doigt en chuchotant quelques paroles à leur voisin. Surement pas des bonnes paroles étant donné que le professeur et l’éleve n’arrêtait pas de glousser comme deux dindons dans l’eau. L’un énervé, gloussant des grognement, l’autre gloussant de rire.
La blague avait été de mauvaise goût, elle vallait bien des chatouilles insessable comme punition. Mais après la frailleur qu’avait eut Wolfram c’était un véritable plaisir de voir son professeur se tordre de rire au point d’en avoir une pointe de coté.
Il pouvait continuer encore longtemps ainsi, et à force de voir son professeur rigoler ce n’est plus un visage grognont qu’il laissa voir mais un visage souriant et amusé. Malheureusement chaque bonne chose à une fin et Shiguré réussit à lui attraper ses mains. D’accord, Wolfram aurait très bien put retirer les siennes et reprendre les chatouilles, les mains tremblantes de son professeur n’avaient plus que la moitié de leur force, mais il n’en fit rien à cause de ses menaces. Sauf qu’à bien y réfléchir les menaces n’étaient pas vraiment si grandes.
Une heure de colle qu’est ce que c’est pour Wolfram ? Une heure de plus à pouvoir être avec son professeur et le taquiner.

Il le voyait éssouflé, les larmes aux yeux, à moins que ça ne soie l’eau salée de la mer, ou peut-être les deux ?!

-Je te laisse reprendre tes esprits, on dirait que tu viens de courir un marathon.

Et c’était surement pour cette raison qu’il ne refit pas ses chatouilles. A force de trop rire il allait casser sa cage de rire. ( vie bob l’éponge xD)

-Tu sais, ton heure de colle me plait bien. Tu peux me la mettre, mais quelle excuse prendras-tu pour me coller ?

Il souriait en coin, une lueure dans le regard, ésseyant de trouver quoi faire pour le taquiner après. Déjà ils allaient sortir de l’eau, les nuages commençaient à se ramenner, mais avec le vent en plus. Il se voyait déjà sur le sable avec lui et quelques idées lui vinrent déjà en tête, ce qui le fit rigoler légerement. C’est sûr que si il s’apprettait à faire ce qu’il pensait, ça ne serait pas une, ni deux heures de colle, mais directement la journée entière.

Ce n'est qu'après un moment à le laisser reprendre sa respiration et à continuer de s'imaginer les pires blagues machiavéliques qui pouvaient éxister il retira sans difficulter ses mains de l'emprise de Shiguré et se releva sur ses deux jambes.

-Bon... Maintenant que tu es calmé, on bouge?

_________________

avatar
Wolfram von Bielefeld
Délégué des élèves
Délégué des élèves

Féminin
Nombre de messages : 807
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://i-m-your-gphishing-site.wwwyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Shiguré Soma le Dim 30 Jan 2011 - 15:59

Shiguré haletait bruyamment comme s’il venait de faire un effort surhumain, sa cage thoracique se soulevant régulièrement au rythme de son souffle. Le blondinet avait finalement décidé de le laisser faire une pause et Shiguré l’acceptait volontiers. Il se contenta de sourire lorsque son élève répliqua qu’il ne refusait pas l’heure de colle. Le professeur était pour l’instant incapable de formuler une phrase correcte, son souffle étant encore bien trop court, et puisqu’il n’avait pas réellement l’intention de punir Wolfram, il ne prit pas la peine de répondre. Après tout Shiguré était adepte du moindre effort alors autant ne pas se fatiguer d’avantage.

L’écrivain frissonna violement. L’air devenait plus froid, et le ciel s’emplissait petit à petit de nuages. La peau de ses doigts était toute ridée d’être resté trop longtemps dans l’eau, et il soupira, sa respiration se faisant un peu plus calme.

« T’es vraiment pas possible toi » Souffla-t-il à l’adresse de Wolfram. Mais sa voix fut sans doute trop basse pour que son élève l’entende, et, avec le vent qui se levait et le bruit des vagues, cela n’arrangeait rien. Toutefois, on avait pu discerner dans son intonation une réelle sympathie. Peut être même plus, une amitié, une complicité qui leur était propre et qui faisait que leur relation était unique.

Le délégué des élèves se releva ensuite sans aucune difficulté et proposa à son professeur de sortir de l’eau, ce que celui-ci s’empressa d’accepter avec joie. Ainsi, hors de l’eau, Wolfram ne risquait plus de l’éclabousser ou de lui faire boire la tasse.
«C’est plus de mon âge tout ça » songea le professeur, qui pourtant avait moins d’une trentaine d’années. Il avait prit l’habitude de se comporter comme un papy gâteau et depuis qu’il avait quitté le pensionnat, il n’avait plus eut beaucoup d’autres activités que l’écriture, ce qui n’était pas vraiment très sportif.

Shiguré se leva maladroitement et ébouriffa ses cheveux d’une main, puis il suivit son élève jusque sur le sable chaud ou les vacanciers les regardaient étrangement. L’écrivain fit une grimace à un petit garçon qui ne devait pas avoir plus de 6 ou 7 ans et celui-ci se mit à pleurer bruyamment, ce qui le fit beaucoup rire. Mais son rire s’étouffa bien vite dans sa gorge lorsqu’il remarqua le regard mauvais que lui jetait le grand frère de l’enfant.

« Ouuups, pensa-t-il, je vais encore avoir des problèmes moi ! Vite, fuyons ! » Le professeur de théâtre marcha d’un pas un peu plus rapide pour se retrouver aux cotés de Wolfram, qui ainsi le cachait des yeux assassins de l’autre garçon. « Pas folle la guêpe, je tiens à la vie moi… »

Une fois sur la plage, Shiguré ramassa son kimono qu’il avait laissé là pour aller dans l’eau et s’essuya le visage avec.

« Bon, on rentre au pensionnat ou bien tu veux faire bronzette ? » dit il, un sourire moqueur étirant ses lèvres. « Remarque, blanc comme t’es ça te ferait pas d’mal ! » Il ricana en dévisageant Wolfram.

_________________
avatar
Shiguré Soma
Professeur de Théâtre
Professeur de Théâtre

Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 26
Localisation : In the spaaaaaaaaaaace ~~ youhouuu
Humeur : encore trop bu
Date d'inscription : 18/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Wolfram von Bielefeld le Lun 7 Fév 2011 - 18:48

Wolfram suivit son professeur quand celui-ci prit l’initiative de sortir de l’eau, les nuages faisant leur apparitions et cachant ce soleil si magnifique qui vous réchauffe de part et d’autre du corps. Un frisson le traversa quand un coup de vent passa sur tout le long de la mer et il croisa les bras sur son torse pour tenter de retrouver un peu de chaleur.

Une fois sortie de l’eau il s’enroula dans sa serviette en s’asseyant sur le sable, regardant les âneries de son professeur en ne se privant pas pour ricaner, voyant bien qu’il cherchait les embrouilles avec d’autres gens mais qu’il ne faisait pas du tout le poids. Un regard blasé mais pourtant amusé parcourra pendant un court instant le blond en voyant son professeur revenir vers lui et se ressuyer avec son kimono. Il utilisait les moyens de bord, même s’ils n’étaient pas forcément très propres.

La remarque, ‘’ blanc comme t’es ‘’ le dérangea amèrement et il lui lança sa serviette dessus, prenant une mine boudeuse et se couchant sur le sable, les bras derrières la tête tandis que le soleil refaisait son apparition, les nuages qui l’avaient caché auparavant avaient été soufflés par le vent. Maintenant la mer était à nouveau recouverte par les rayons du soleil et sa chaleur. Wolfram pouvait donc en profiter.
Il tira la langue à son professeur en reprenant la serviette qu’il venait de lui lancer et en fit un coussin avec pour être allongé plus confortablement.

" Moi je fais la bronzette ! Je suis blanc de nature espèce de guêpe peureuse. Je peux rester des heures au soleil je ne prend pas de la couleur. Mais toi aussi alors, reste avec moi et tente de brunir au lieu de retourner au pensionnat avec ton kimono sale. "

Il ne put s'empêcher de ricaner légèrement, il aimait tenir tête à son ami, c'était une sorte de jeux entre eux de se charrier.

_________________

avatar
Wolfram von Bielefeld
Délégué des élèves
Délégué des élèves

Féminin
Nombre de messages : 807
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://i-m-your-gphishing-site.wwwyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le soleil, la mer et les mecs~

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum