Repost de la Présentation de Reno ( Essayez de ne pas me la perdre celle-là! )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Repost de la Présentation de Reno ( Essayez de ne pas me la perdre celle-là! )

Message par Reno Montague le Lun 28 Mar 2011 - 23:12

RP


*Nom: Montague

*Prénom: Reno

*Origine: Final Fantasy VII (Histoire du personnage remaniée.)

*Âge: 19 ans




*Description:

-Physique: Malgré son style qu'on peut très aisément qualifier de négligé, Reno n'en reste pas moins un jeune homme empli de charisme, de charme et qui sait prendre soin de lui. D'ailleurs, son petit côté "voyou" lui procure cette touche séduisante et exotique qui sait faire chavirer les cœurs des dames... comme des messieurs.

Né d'une mère japonaise et d'un père irlandais, ses origines métissent lui confèrent un mélange ethnique assez particulier. Ses yeux légèrement bridés sont d'un perçant bleu clair et ils contrastent de manière agréable avec ses cheveux roux rehaussés de teintes rouge vif en accord avec l'extravagance de sa coiffure. Cheveux courts semblant mener un combat désespérément désorganisé sur l'avant et longue mèche toujours bien entretenue dans le dos.

Il aime porter des lunettes de soleil remontées dans sa folle chevelure, histoire d'éviter ses mèches rebelles de trop gêner sa vue, mais aussi, bien sûr, histoire de se la péter. En accord avec ces dernières, il se plaît à porter ses chemises ouvertes afin de dévoiler un torse glabre et parfaitement sculpté par des années de rude entraînement. On peut dire qu'au final, son corps tout entier s'approche de cette perfection sauvage et terriblement tentante qui se lit tout aussi bien sur les traits de son visage que sur les muscles de son dos.

Doit-on encore parler de signe particulier lorsque l'on connaît les attributs de ce jeune homme un brin atypique?
Eh bien, il faut savoir que Reno ne sort jamais sans arme. Il possède toujours un couteau très discrètement dissimulé dans l'intérieur de son pantalon, solidement lacé autour de sa cuisse. En cas de besoin, bien qu'il sache ne rien risquer dans son nouvel environnement débordant de sérénité, il peut sortir sa lame avec aisance en passant par sa poche gauche... trouée. Dans tous ses pantalons, oui. Il pourrait très bien s'en débarrasser sans pour autant en faire des crises d'angoisse mais c'est plus devenu une question de vieille habitude pour lui.

Un dernier détail notoire concernant Reno: il est ambidextre. Tout ce qu'il sait faire avec la main droite, il le maîtrise tout aussi bien avec la main gauche.

-Mentale : A première vue, Reno est un véritable mufle. La politesse et les bonnes manières lui passent à des kilomètres au-dessus de la tête. C'est dire, il tutoie à peu près n'importe qui dans son entourage, proche ou inconnu, jeune ou vieux. Les seules personnes qu'il avait appris à vouvoyer sans sourciller étaient ses anciens supérieurs hiérarchiques.

Le deuxième point absolument détestable chez lui, c'est sans doute son désintérêt total pour tout ce qui l'ennuie. Il n'est pas rare qu'il tourne les talons en plein milieu d'une conversation qu'il juge comme étant inutile, sans même prendre la peine de changer de sujet ni même de trouver une excuse pour s'éclipser. Avec un peu de chance, son interlocuteur obtiendra un bâillement noyé d'ennui avant de se retrouver à parler au dos d'un Reno vaquant à d'autres activités plus intéressantes.
Bien évidemment, ce défaut pose de gros problèmes lors d'évènements comme les réunions de classe ou même les cours qui ne l'intéressent pas - c'est à dire une très grande majorité. Dans les cas où il se voit dans l'impossibilité de s'esquiver en douce, il opte pour l'une des solutions suivantes: Dormir ou se ronger les ongles, vautré sur sa chaise, avec éventuellement les pieds sur sa table.

Enfin, avis aux adeptes du Coup de Foudre, Reno risque fort de vous faire rager! Avec son expérience précoce des relations amoureuses, notre rouquin a pris l'habitude de ne pas s'attacher à ses conquêtes. Vous avez de la chance s'il est encore sagement allongé à vos côtés à votre réveil le lendemain matin. Si vous êtes un lève-tôt, vous avez de fortes probabilités de le trouver dans votre cuisine, en train de siroter un café ou de fumer une cigarette, assis sur une chaise et les pieds croisés sur celle d'en face! Il arrive bien sûr qu'il reste de plus longues périodes avec ses partenaires, mais ses relations durent rarement plus d'un mois ou deux et sont sans compter sur la fidélité.

Cependant, lorsque l'on passe au dessus de ces comportements de sauvage, on découvre un jeune homme très sensible, ouvert et attentif. Il ne va jamais mentir sur ce qu'il ressent à propos des autres. S'il déteste quelqu'un, cette personne peut tout de suite oublier de s'en faire un ami à moins que Reno lui-même ne change d'avis. Inversement, lorsqu'il aime, il aime pour de vrai. Ses amis, mieux vaut ne pas y toucher, sinon gare aux fesses de celui qui ose leur chercher des poux. Il en est même limite surprotecteur sans pour autant en devenir envahissant. Il ferait un grand frère parfait, toujours à l'écoute et n'essayant jamais d'influencer ni sur les choix, ni sur les caractères des autres.

En amour, Reno est quelqu'un de très complexe. S'il refuse catégoriquement de s'engager dans une relation stable, c'est bien parce qu'il craint de blesser ou de faire les choses de travers. Il connaît très bien son caractère et c'est dans l'intention de protéger ceux qu'il aime qu'il fait le choix de refuser tout attachement trop profond. Enfin, il faut dire que ces petits désagréments émotionnels ne l'empêchent pas du tout de s'amuser dans le domaine, avec les hommes comme avec les femmes... Voir les deux à la fois si l'occasion se présente.

*Aime:

-Personnellement


- Sa Guitare
- Les sensations fortes dans tous domaines confondus
- Le café, la bière et la cigarette
- Les chiens. Il ne supporte pas de voir un chien maltraité. Il les considère presque comme des humains.
- Son arme, un tantō (couteau japonais légèrement courbe à un seul tranchant) d'une 20aine de centimètres.
- Son reflet dans le miroir.
- Faire la fête et se défouler un maximum.

-Chez les autres

- Les fêtards.
- Les râleurs, car il prend un malin plaisir à les faire bouillonner...
- Les hommes et les femmes. Eh oui, il est Bi.
- Ceux qui lui opposent de la résistance.
- Les bons cuisiniers.


*N'aime pas:

-Personnellement


- S'ennuyer. C'est sa hantise la plus profonde.
- Ses pieds.
- Quand il doit refaire sa teinture.
- Se lever le matin.
- Les règlements et tout ce qui est susceptible de limiter ses libertés.

-Chez les autres

- Les poilus.
- Les riches qui se plaignent de leur condition.
- Ceux qui réagissent comme des enfants mais qui souhaitent être traités en adulte.
- Les rabat-joie et les lève-tôt.
- Les manipulateurs.

*Dominant ou dominé: Ca dépend complètement de son partenaire et de son état d’esprit au moment voulu.

*Liens de votre personnage avec d'autres pensionnaires:
Pour le moment, aucun.

*Histoire:

La vie de Reno a été absolument tout sauf simple. Elle a commencé au milieu d'un couple décadent, au bord de la rupture et dans une situation financière précaire. Et la naissance de leur premier rejeton ne fut pas pour arranger les choses. Cependant, le couple tint bon et se porta de mieux en mieux jusqu'aux 8 ans de leur petit protégé qui était parvenu à retracer quelques doux sourires sur les visages émaciés des deux adultes.
Le petit rouquin grandit donc dans les bras d'une mère aimante bien que souvent absente et d'un père attentionné, bien que très bourru.

Malgré la vaguelette de bonheur qui s'était répandue sur la petite famille, les problèmes financiers subsistaient et malgré le travail des deux parents, leur situation empirait de mois en mois. Entre les dettes et la maladie soudaine de la mère de Reno, l'avenir ne cessait de se teinter de gris. Enfin, tout s'écroula à la mort de Madame Montague, terrassée par une infection pulmonaire insoignable.
Lors de cette dure épreuve, Reno avait à peine 8 ans mais malgré son jeune âge, il comprenait déjà très bien la situation. Sa mère, sans doute consciente que ses dernières ressources ne suffiraient pas à la maintenir en vie assez longtemps pour réunir les fonds nécessaires à une opération, avait pris soin de préparer son fils bien aimé à son départ. Elle lui avait fait promettre de toujours aider son père à bien tenir leur appartement et de bien étudier à l'école, même s'il n'aimait pas ça.

Quelques semaines après leur dernière discussion, c'était les yeux pleins de larmes brûlantes que Reno assistait à l'enterrement de sa mère. Et puis, la vraie galère commença.

Monsieur Montague, ayant très mal supporté la perte de sa femme, s'était mis à boire. Les soirs où il rentrait sobre à la maison se faisaient rares. De ce fait, Reno devait s'occuper de la plupart des tâches ménagères, incluant la cuisine et le ménage.

Au fil du temps, l'adolescence pointant son nez, il oublia les promesses faites à sa mère. Il laissa tomber ses études et commença à fréquenter les mauvais quartiers, majoritairement pour éviter son père devenu violent à cause de l'alcool et des douleurs permanentes qui lui tiraillaient le foie et l'estomac. Il faisait des rencontres, s'attachait à ce milieu nocturne qui lui plaisait. Il y avait les femmes, les beaux caprices de l'alcool. Sa première cigarette, il la fuma à 14 ans à peine, apprenant parmi ceux qu'il considérait presque comme sa nouvelle famille. La plupart des gars qu'il côtoyait étaient beaucoup plus âgés que lui et pas forcément très recommandables.
Premières expériences sexuelles aussi. Sa première fois fut avec une jeune femme plus âgée que lui, dans des conditions pas très romantiques. Ca s'était passé dans l'arrière-salle d'une boîte de nuit, comme ça, sur un coup de tête. Elle le pensait plus âgé, et lui voulait braver les interdits. Il ne regretta jamais cela.
Puis peu à peu, un traintrain quotidien s'installa. Pas des plus sains, mais au moins, Reno se sentait heureux ainsi. Il riait, avait des amis proches, découvrait la vie de la manière la plus instinctive qui soit. Il avait même dégoté un petit boulot au noir en tant que serveur de nuit dans un bar de quartier.

Le temps passa, à la fois bien et mal. Puis, à l'aube de ses 15 ans, son père décéda d'une violente cirrhose du foie insoignée. Pas un mot à son fils absent. Pas une larme de ce dernier à l'enterrement.

Durant les mois qui suivirent, Reno fut pris en charge par l'Aide Sociale qui le ballota de famille en famille, chacune d'elle se plaignant de son caractère détestable et de sa mauvaise influence sur les autres enfants. Au bout de six mois à dériver sans racines ni attaches, le jeune adolescent décida que c'en était assez et qu'il pouvait très bien se "démerder tout seul". Il embarqua donc toutes ses affaires pour aller vivre chez l'un de ses amis qui l'accueillit à bras ouverts.
Ils cohabitèrent pendant une année, durant laquelle ils étaient devenus un peu plus qu'amis. Sa première fois avec un homme fut beaucoup plus douce et appréciable qu'avec une femme. C'est sans doute de là que lui vient cette légère préférence pour les garçons d'ailleurs. Puis, comme dans tout couple aussi instable que le leur, des disputes s'étaient engagées et Reno s'était retrouvé une nouvelle fois à la rue.

Le soir même de sa "rupture", alors qu'il avait décidé de se mettre une sacrée bonne cuite, il tomba sur un homme étranger, sûrement américain au vu de son accent, qui le séduisit et l'embarqua avec lui à la fin de la soirée. Ce n'était pas qu'il lui plaisait, non, loin de là. Avec son crâne rasé et sa voix rauque... Son mauvais japonais n'arrangeait pas non plus les choses. La bonne nouvelle était que l'homme ne cherchait pas un amant d'un soir mais un jeune pour intégrer une organisation secrète. Aucune précision supplémentaire ne fut nécessaire pour que le jeune homme accepte immédiatement. L'héritage de ses parents arrivait à sec et le besoin d'argent se faisait doucement sentir.

C'est ainsi qu'il se retrouva embarqué dans les guerres sanglantes des gangs de l'autre côté de l'Océan.
Il eut du mal à gagner la confiance de sa nouvelle "famille". En effet, ils étaient tous plus âgés que lui et surtout expérimentés. Ce qu'ils étaient? Des chasseurs de têtes.
Malgré tout, il ne fallut pas plus d'une année au jeune pour se faire accepter. En effet, il montra une grande facilité d'apprentissage autant technique que physique. Il était appliqué, déterminé et de plus, il savait garder les pieds sur terre. Jamais il ne s'aigrissait, son sourire railleur et sa désinvolture restant toujours de mise.
D'autre part, il avait tissé des liens très forts avec celui qui l'avait embarqué dans cette histoire et qui était devenu le père qu'il n'avait jamais eu. Jamais il n'y avait eu de liaison autre qu'amicale et sentimentale entre eux. Jamais aucun contact physique déplacé. Rien. Juste un amour profond.

Alors qu'il avait à peine 18 ans, il avait déjà participé à de nombreuses missions et semblait en bonne voie pour grader dans l'organisation. Il s'était déjà attiré les faveurs du Boss de manière... peu correcte certes. Mais personne ne bronchait et enfin, il allait pouvoir passer au rang de Vrai chasseur de têtes.

Pourtant, alors que tout semblait prêt pour qu'il passe à l'étape supérieure, il se fit appeler un soir dans la chambre de son coéquipier et ami sincère.

Ils discutèrent longuement et les mots se transformèrent en larmes. Il refusait à Reno de tacher ses mains de sang. Il regrettait de l'avoir entraîné dans cette horreur et voulait qu'il retrouve le droit chemin. Ce monde n'était pas pour lui, il était trop jeune, beaucoup trop jeune pour se risquer sa vie. Et... il l'aimait trop pour jouer avec son existence ainsi. Reno refusa de partir. Il n'avait pas d'avenir ailleurs, pas d'amis, pas de famille. Mais finalement... A force de larmes et d'étreintes, il comprit qu'il était sur la mauvaise voie et que pour éviter trop de peine à son mentor, il devait retourner d'où il venait.

La séparation se fit la nuit précédant sa première mission en tant que Chasseur. Elle fut déchirante mais brève. Ils ne purent se promettre qu'ils se reverraient, ça n'arriverait sans doute jamais.
Et puis, l'avion décolla.

"Soit fort, sale môme." Furent les derniers mots que Rudo lui adressa, avant de se mordre la lèvre en lui assénant une bourrade dans le dos.

De retour au Japon, Reno, 19 ans, retourna aux bureaux de l'Aide Sociale qui l'assignèrent en dernier recours à un pensionnat japonais réputé. S'il se faisait virer des lieux.... il finirait en maison de correction.




Hors Rp:

Comment avez-vous connu le forum ? J’étais déjà là sur l’ancien-ancien!

Connaissez-vous des personnes de ce forum ? Wolfette et Kylou et Dei et Ritsu et, et...! :D Au fond... On se connaît un peu tous parmi les anciens, non?

Votre petit prénom peut-être >W< ? Appelez-moi Kiki Razz

Est-ce que vous avez d'autre compte sur B.D.Y ? Un inactif, oui. Si je vous dit LA LI OOOH, vous me dites...? Razz
avatar
Reno Montague
Elève de seconde

Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 25
Localisation : A quatre pattes sous le bureau de mon patron.
Humeur : Ferme les yeux, ouvre la bouche.
Date d'inscription : 18/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repost de la Présentation de Reno ( Essayez de ne pas me la perdre celle-là! )

Message par CamimiZ le Mar 29 Mar 2011 - 19:41

Je passe outre le code de validation, puisque c'est de la faute du staff que tu as perdu cette présentation.
J'espère que tu as bien respecté le règlement, que ton personnage n'a rien d’irréel, car je n'ai pas vraiment envie de tout lire maintenant. Désolé.

_________________

-

avatar
CamimiZ
Aliène non identifié

Masculin
Nombre de messages : 167
Age : 22
Localisation : Irk
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://camimiz.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum