Le nouvel enseignant de musique arrive [PV Seto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le nouvel enseignant de musique arrive [PV Seto]

Message par Lawrence Klein le Sam 3 Oct 2009 - 17:42

Lawrence glissa ses deux énormes valises couvertes de nombreux autocollants de divers pays sur le pavé de l’entrée, il revenait d’une semaine de petites vacances à Rome, il avait visité ses vieux étudiants de l’oratoire Sant-Andrea. Il en avait eu besoin pour oublier, il y était parvenu avec une facilité incroyable, il ne songeait plus au fait qu’il avait voulu attendre pour marier cette femme et vivre de son sourire. Elle ne l’avait pas écouté, l’avait anéanti lui et sa jolie bague qui avait coûté vraiment trop cher. Elle lui était revenue à bon prix au marché noir de Rome…

Oublier.

Se rappeler maintenant ferait en sortes que ses vacances n’aient servies à rien et ça, il ne le permettrait pas. S’il détestait des choses particulières, c’était parler pour ne rien dire et perdre son temps. Son temps précieux qu’il aurait pu savourer à ne rien faire, à lire, à boire du thé ou du chocolat chaud à l’extérieur ou simplement jouer du violoncelle ou chanter pour la bonne grâce d’un brin d’herbe. À peine était-il arrivé qu’il était entré dans le jardin où il avait installé toutes ses fournitures de bases pou faire un cours de musique à l’extérieur. Les fournitures de sa classe et de la salle de la chorale devaient déjà être installées promptement dans la pièce. Lawrence alors décidé de perdre son temps un peu et de savourer la lenteur de celui-ci et la fraicheur du vent. Il aimait regarder la vie avancer dans toute sa grâce et sa prétendue lenteur. La vie était si courte, aussi bien la savourer dans son absolu.

Le bon point de retourner au japon était probablement cet automne coloré. Si magnifiquement coloré. Cette odeur de terre humide, de feuilles valait plus que n’importe la quelle des relations dans les quelles il avait mis les pieds. Le décalage horaire lui en faisait voir de toutes les couleurs, mais l’automne était là et ça lui suffisait amplement. Son ami de quelque mois par années…

Le blondin laissa ses cheveux trop longs, qui descendaient avec fluidité jusqu’à une dizaine de centimètre plus haut que le milieu de son dos, balancer agréablement au gré du vent avant de les attacher, fermement convaincu que cette fois il arriverait à faire en sorte que tout rentrerait bien dans la cordelette. Tentative certainement ratée. Un élastique aurait fonctionné, mais pour ça il fallait en acheter, chose que le blond oubliait tout les cinq secondes avec tact. Il avait toujours d’autres priorités.

Lawrence retira enfin ses lunettes, ajusta son foulard couleur crème dans son imperméable beige, retira sa casquette de sur sa tête et entra dans le pensionnât du bonheur.

Ayamé avait mauvais goût, quand on parlait des noms d’école.

La chaleur fit sourire l’enseignant, son instant préféré. Il sentit ses joues picoter légèrement, l’air chaud entrer dans ses poumons, un bien-être fou s’empara de lui et un rire léger et musical flotta dans l’air, sortant de sa bouche aux couleur de fruit à cause de la fraicheur. L’envie d’un excellent prit le blondin qui put situer l’exacte position de sa bouilloire dans sa valise en cuire noir. Pas maintenant, il devait d’abord rencontrer la direction, échange quelques mots, faire une courte visite…

Lawrence prit le temps de respirer encore un peu, ouvrit les yeux, immunisé à tout autre présence que celle de la pièce, se laissa impressionner comme il s’était laissé la première fois qu’il était débarqué en Russie et à Rome. La beauté des lieux le saisissait, comme le jardin l’avait saisi. Un sourire doux, plus fort cette fois, naquit sur son visage, c’était splendidement travaillé, un art pure et simple pour le regard.

Cette journée commençait définitivement bien malgré son retard à la rencontre. S’il fallait savoir quelque chose, c’était qu’il ne fallait pas presser Lawrence Klein. Si son travail était excellent, c’était parce que le jeune enseignant y mettait son temps, son amour et son cœur.

Le blond baissa enfin les yeux sur la terre des vivants, quittant son petit univers de plaisirs simples.

_________________
-
avatar
Lawrence Klein
Professeur de Musique
Professeur de Musique

Masculin
Nombre de messages : 58
Age : 27
Date d'inscription : 30/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel enseignant de musique arrive [PV Seto]

Message par Seto Kaiba le Sam 3 Oct 2009 - 23:12

C’était aujourd’hui, aujourd’hui qu’il devait arriver. Lawrence Klein, un ami de longue date, d’une ancienne croisière sur un paquebot de luxe entre étudiants friqués. Seto était encore un enfant aux yeux du monde lorsqu’ils s’étaient rencontrés. Même pas majeur, il était déjà PDG de son entreprise, et en avait profité pour faire un voyage ressourçant. C’était sur ce bateau pour Richards qu’ils s’étaient connus, Ayamé 24 ans, Shiguré 20 ans, Lawrence 27 ans, et lui-même 17 ans. A cet âge là, bien que très mature, il avait vu en Lawrence Klein, le mentor qu’il n’avait pas eu. Partageant bien des idées ils étaient restés longtemps tous les quatre, ensemble sur le paquebot. Ayamé leur avait très vite fait part de son idée de pensionnat, avec son cousin Shiguré, et Seto adhérant au concept s’était laissé porté par l’enthousiasme de ses amis, pour finir là où il était maintenant, quatre ans plus tard, Directeur-Adjoint du pensionnat en question. Lawrence, un peu plus réservé, et surtout ayant déjà un travail dans une école de fille à cette époque, refusa poliment d’y participer.

Ils se quittèrent ensuite en bon termes, Mister Klein retournant à son métier, Misters Kaiba et Soma planifiant leur nouvelle lubie. Seto n’avait jamais oublié la fluidité des cheveux de son ainé, il avait vraiment craqué pour ses cheveux, et portait depuis leur rencontre, une attention toute particulière aux chevelures des personnes qu’il rencontrait. Il avait reçu récemment d’un organisme, la candidature et le CV d’un Professeur de musique, licencié de son établissement pour ‘faute grave’. En temps normal, Seto n’aurait même pas prit le temps de lire le document, mais les lettres qui constituaient le nom lui avaient sauté aux yeux : "Lawrence Klein"… Il avait accepté la candidature sans même demander d’entretien, prétextant un besoin urgent d’un prof de musique. Et c’était aujourd’hui, en ce jour d’automne, frais et vivifiant, qu’il devait se présenter.

Seto avait tellement hâte que les minutes lui semblaient défiler d’une lenteur exaspérante. Il ne tenait plus en place dans son bureau, et lorsque l’heure du rendez-vous fut dépassée de dix minutes, il se mit à faire les cent pas. Il ne pensait pas que Lawrence serait au courant que lui, jeune gamin de 17 ans, presque 21 maintenant, soit devenu Directeur-Adjoint. Il devait être au courant pour Ayamé, s’il se souvenait de lui, mais pas pour Seto. Les deux hommes avaient pourtant partagé une brève mais sincère complicité, lors des moments que les cousins Soma passaient en privé. Cette amitié avait étonné la plupart des personnes présentes sur le bateau de croisière, Seto et Lawrence n’avaient absolument rien en commun d’apparence. Alors qu’il entamait sa troisième centaine de pas, il entendit clairement résonner dans le Hall, un rire qu’il aurait reconnu entre mille. Musical, léger, frais, c’était celui de Lawrence.

Son cœur bondit de surprise, étrange considérant le fait qu’il s’attendait parfaitement à la venue du blond, et lui-même bondit sur ses pieds. Il quitta son bureau en quatrième vitesse, et rejoignit la balustrade qui séparait le premier étage du rez-de-chaussée. Il était là. Lawrence, égal à lui-même, paraissant dix ans de moins que son âge, perdu tel un enfant dans la beauté de la pièce, son éternel sourire collé sur son visage. Et ses cheveux, attachés dans une tentative vaine de les maintenir en place, coulaient comme du miel autour de son visage. Il n’avait pas changé. Un peu plus maigre peut-être. Le visage de Seto s’éclaira, visiblement, le futur Professeur de musique ne l’avait pas encore vu. Retombant soudain dans l’insouciance du jeune homme de 17 ans qu’il avait été sur ce bateau qui les avait rapprochés, il descendit les marches quatre à quatre et atterri droit dans les bras de son ami, qui fut très probablement choqué d’être tiré de ses pensées de cette manière.

Il enfouit son nez dans ses cheveux, humant leur parfum de thé et de chocolat. Comme par le passé il fut surpris de cette odeur, lui qui s’attendait toujours à du miel, vu la couleur et la matière de sa chevelure. On pouvait le dire, il avait vraiment craqué dessus. Le comble aurait été que l’homme se coupe les cheveux. Il apprécia quelques instants le contact rapproché avec un de ses très rares amis, puis se recula pour le regarder de ses yeux d’acier. Réprimant le sourire qui menaçait de manger la moitié de son visage, il lui souhaita simplement :

"Bienvenue au pensionnat, mon cher Professeur de Musique."


Il n’aimait pas dire ‘pensionnat du bonheur’, trouvant ce nom bien trop culcul-la-praline à son gout. En sa qualité de Directeur-Adjoint, à peine avait-il dit ces mots que Lawrence était considéré comme définitivement embauché. Normalement il fallait les dire à la fin d’un entretien, mais à quoi cela servait-il si on avait déjà arrêté sa décision à peine le CV ouvert et la première ligne lue ? Le blond ne savait probablement pas qu’il venait de devenir officiellement Professeur de Musique à cette seconde même. Le professeur de Technologie se demandait vraiment si ces yeux rougeâtres qui le fixaient se souvenaient de lui. Il aurait été bien peiné du contraire, ayant promptement et sincèrement aimé son frère l’automne. Lui-même représentant l’hiver, Ayamé le printemps et Shiguré l’été. A eux quatre ils étaient toute une année, et maintenant ils se retrouvaient réunis dans cet établissement, qui pour une fois mériterait bien son nom.

Au bout d’un moment, il n’y tenant plus, il se jeta à nouveau dans les bras de son ainé. Il ne l’avait côtoyé que quelques semaines, le temps du voyage, mais il restait l’une des seules personnes qu’il appréciait réellement. Et puis il prenait tellement de plaisir rien qu’à sentir la douceur de ses cheveux contre sa joue, pourquoi s’en priver à cause du qu’en dira-t-on ? Il y avait bien longtemps que Seto se fichait totalement des autres, ne pensant qu’à son bonheur personnel. La vie était bien trop courte, et il fallait en profiter, pensait-il du haut de ses presque 21 ans.

_________________
avatar
Seto Kaiba
Professeur de Techno
Professeur de Techno

Nombre de messages : 395
Age : 28
Date d'inscription : 29/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel enseignant de musique arrive [PV Seto]

Message par Lawrence Klein le Dim 4 Oct 2009 - 1:21

Lawrence n'eut à peine le temps de songer que la personne qui devait l'accueillir, soit Ayamé Soma, ne semblait pas arriver qu’une fusée brune et beige, à peine plus grande que lui, le percuta. Le blondin resta les bras ballants quelques secondes, se refusant de remettre avec réciprocité cette embrasse trop soudaine et certes inopportune. Sa bonne humeur devint certainement moins bonne, son visage prenant une expression froide et mauvaise. Une initiation? Quel élève complètement barge et stupide, japonais de surcroit pouvait sauter de la sorte sur un inconnu, un enseignant en particulier?

La blond n’était pas du genre à frapper pour si peu, il devait d’abord analyser la situation. Le nouvel enseignant de musique avait diverses options devant lui. Il décida donc que la première n’était autre que la meilleure, soit essayer de deviner qui était cette personne qui le serrait fort à en lui couper le souffle. Il se trouvait au japon, le pays des grandes gênes et des grandes réserves, dans un milieu absolument inconnu outre pour trois personnes. Un blond, un noiraud, un brun. Un jeune brun affectueux qui avait un nom, c’était certain.

Seto Kaiba.

Le blondin réalisa soudainement qui était l’enfant qui le serrait contre lui et sur son visage un sourire de joie sincère prit forme. Une très bonne journée, définitivement, outre cette fatigue et les veines dont il sentait les douloureuses pulsations contre son cerveau. Le grand brun recula retenant un de ses grands sourires que Lawrence reconnaissait si bien par leur expressivité. Il eut une légère déception, devinant qu’il aurait du mal à revoir ce sourire de grand enfant que Seto cachait au profond de lui-même.

Il lui souhaita la bienvenue à Lawrence avec cette joie palpable qui vous faisait normalement vous dire que vous étiez à la bonne place au bon moment. La voix d’adolescent avait murit, comme la pomme d’Adam qui était née sur sa gorge pâle.

Il avait vieilli trop vite, il était devenu un adulte trop vite. C’était probablement pourquoi Lawrence voyait encore en cet homme un adolescent qui aimait parler d’un peu de tout, qui étalait sa culture et son savoir avec la curiosité d’en apprendre plus. Quatre années avaient passées. Quatre automne de distance de ces gens devenus une véritable famille en une seule et simple journée. Le blondin chercha Ayamé du regard, puis Shiguré, les deux étaient absents au poste.

Une image apparut dans l’imagination fertile de Lawrence, c’était probablement un de ces « voyages d’affaires » au bord de la mer, les deux devaient bien picoler au soleil en rigolant… Pourquoi est-ce qu’il avait imaginé quelque chose dans le genre? Ils ne devaient pas être si flemmards que ça… Du moins…

Le blondin fut de nouveau interrompu dans sa rêverie, Seto le reprenant dans ses bras. La victime consentante soupira en se souvenant de ce fétiche qu’avait l’adolescent sur ses cheveux. Il aurait payé pour voir la tête de Seto à cet instant, la prendre en photo aussi et peut-être en faire quelques photocopies pour le forcer à faire quelque action que ce soit. Le visage caché dans le creux de son épaule finit de mettre Lawrence mal à l’aise et il repoussa Seto en gardant ses mains sur ses épaules.

-Un peu de retenue, Seto Kaiba, pour un japonais, vous me surprenez!


Lawrence finit par le lâcher et de faire le tour de celui qu’il ne put s’empêcher de confirmer, était franchement devenu un adulte. Sa voix musicale s’éleva et entonna un japonais assez accentué d’un anglais riche et doux.

-Bon sang, et moi qui croyait que le temps avait figé et que j’allais revoir le petit friqué de la dernière fois, je me suis mit les pieds dans les plats!

Le blondin avait la voix de la moquerie. Mais elle se réchauffa pour devenir sincère :

-Quitte à sonner grand-oncle éloigné : Merde, qu’est-ce que tu as grandi Seto. La dernière fois, j’avais un étudiant sous les yeux, maintenant j’ai un enseignant. Crois moi, je n’ai pas été aussi surpris en revoyant mes anciens à Sant-Andrea… Tu as toujours un fétiche pour mes cheveux, comme j'ai pu voir... Quel domage, demain j'ai pris rendez-vous chez un coiffeur de Nevilaer pour me faire couper "ça" après les cours.

Il allait seulement se faire couper les pointes, mais il aurait un plaisir fou à voir la tête de Seto.

_________________
-
avatar
Lawrence Klein
Professeur de Musique
Professeur de Musique

Masculin
Nombre de messages : 58
Age : 27
Date d'inscription : 30/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel enseignant de musique arrive [PV Seto]

Message par Seto Kaiba le Dim 4 Oct 2009 - 19:30

Seto se sentit repoussé gentiment, et il obéit à regret. « Un peu de retenue, Seto Kaiba, pour un japonais, vous me surprenez! » C’était vrai qu’il n’avait pas du tout les attitudes d’un japonais, et à vrai dire, Ayamé et Shiguré étaient un peu dans le même genre. Seto avait toujours eu des habitudes françaises, ou en tout cas de l’idée qu’il se faisait de la France. Il avait déjà voyagé partout en Europe, mais la France était ce coup de cœur qu’il avait depuis tout petit. Il s’en était inspiré, en particulier des gentilshommes d’époque, pour se créer sa propre tenue vestimentaire, et le vin Français, aisin que le foie gras, étaient ses mets favoris. Il lui répondit dans la langue de Molière, et sans aucun accent superflu :

- Tu sais très bien que mon âme est française, Lawie.


Il aimait bien surnommer l’homme de cette manière, ce qui le faisait paraitre encore plus jeune que ce qu’il ne l’était déjà, et qui lui, le faisait remonter quatre longues années en arrière. Le professeur de musique finit par lâcher ses épaules et tourna autour de Seto, l’observant à la manière d’un styliste admirant sa dernière création. Ce fut au tour de Seto de se sentir gêné, sentiment qui lui était en général inconnu. « Bon sang, et moi qui croyait que le temps avait figé et que j’allais revoir le petit friqué de la dernière fois, je me suis mit les pieds dans les plats! » Ah qu’il aimait la voix de son ami, son petit accent chaleureux, et ses petites fautes de japonais sans grave importance. C’était ce qui faisait tout son charme. Seto sentait qu’il se moquait un peu. Non mais il n’avait pas tant vieilli que ça. Si ? Il était certain qu’il avait grandit. A 17 ans il devait faire 1m75, et en 4 ans il avait prit onze centimètres, ce qui était plutôt énorme, et lui faisait dépasser son ami de quelques centimètres.

Ce dernier le remarqua d’ailleurs, avec son humour toujours aussi déplacé, mais tellement mignon : « Quitte à sonner grand-oncle éloigné : Merde, qu’est-ce que tu as grandi Seto. La dernière fois, j’avais un étudiant sous les yeux, maintenant j’ai un enseignant. » Lawrence Klein parlait autant du point de vue physique que du point de vue intellectuel. Il était vrai que les responsabilités lui étaient venues bien plus rapidement qu’à certaines personnes qui 25 ans passés vivaient toujours chez leurs parents. Lui avait changé, avait mûrit, mais nourrissait toujours de cette même passion pour les cheveux de son ami qui lui en fit la réflexion : « Tu as toujours un fétiche pour mes cheveux, comme j'ai pu voir... » Par le passé, il lui disait toujours qu’il allait venir les lui voler pendant la nuit. Il passa ses longs doigts dans une mèche presque liquide du professeur en rougissant légèrement et la fit tourner doucement. Il ne répondit rien car il n’y avait rien à répondre. C’était vrai, alors pourquoi le nier. Un oui, aurait d’ailleurs été superflu de la même manière.

Pour rien au monde il n’aurait réellement voulu que Lawrence Klein ne se sépare de sa longue et fluide chevelure d’or. Aussi lorsque celui-ci lui annonça son rendez-vous chez le coiffeur, Seto rougit, puis blêmit, ouvrant la bouche, le visage figé dans une expression de stupeur. Il lâcha la mèche comme si elle l’avait brûlé et bougea les lèvres dans une prière muette. Un image s’imposa à lui de son ami sans ses cheveux, et le fit presque tourner de l’œil. Mister Klein, sans ses cheveux rebelles, n’était plus Mister Klein. Repreant soudain son japonais d'origine il bredouilla :

- Tu... Tu me fais marcher n’est-ce pas, c’est une blague ?

Comme il en venait à bégayer, c’était pathétique. Il marmonna dans un français parfait :

- Je te jure que le coiffeur qui t’ôtera cette beauté du crâne se verra exilé du pays par mes soins.

En ce moment même il ressemblait vraiment à l’adolescent qui avait quitté le blond quelques années auparavant, et si un de ses élèves passait dans la couloir à ce moment là, il serait vraiment surpris par l’attitude de son professeur.

_________________
avatar
Seto Kaiba
Professeur de Techno
Professeur de Techno

Nombre de messages : 395
Age : 28
Date d'inscription : 29/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel enseignant de musique arrive [PV Seto]

Message par Lawrence Klein le Lun 5 Oct 2009 - 3:29

Lawrence resta surpris de voir les longs doigts effilés de Seto aller se saisir d’une de ses mèches, il y avait longtemps qu’il n’avait laissé personne toucher ses cheveux, encore plus longtemps jouer avec. Les mouvements de Seto étaient doux, attentifs. L’enseignant de musique y trouva malgré lui un grand réconfort. Cette petite marque d’affection, de familiarité lui fit du bien fou. S’envolèrent de son esprit bien des idées, même son plan machiavélique pour faire peur au un peu trop grand brun au regard toujours aussi captivant.

Le regard bleu acier de Seto placé sur un visage aussi facilement lisible qu’un livre ouvert. Le voir passer par tout ces états, le voir rougir, devenir nerveux rassura Lawrence dont l’éternel sourire devint tendre cette fois, familier et affectueux. Si à l’extérieur il avait grandi, il restait encore un peu dans son cœur de ce jeune homme attendrissant, motivé et parfaitement convaincu. Convaincu de quoi? Il ne parlait en ce temps là pas assez bien le japonais pour le savoir, mais il était certainement convaincu. Son français dans l’âme, son ami de longue date, son frère devant l’adversité.

Il y avait longtemps, oui.

Quelques jours seulement avaient été amplement suffisants.

Ah, qu’est-ce que le décalage horaire lui tapait les tempes. Son corps entier était une plaie fatiguée. Le seul inconvénient de voyager autant qu’il le faisait était probablement la fatigue.

Il y eu soudainement cette note qui le fit sortir de ses pensées, ce surnom… L’enseignant devint amère derrière son sourire, il allait maintenant passer pour plus enfant qu’il ne l’avait jamais été, quel merdier. Si un étudiant venait à entendre ce surnom et à l’utiliser, Seto serait retrouvé mort et l’arme du crime serait le boîtier de son violoncelle qui devrait déjà être dans sa chambre… Où pouvait donc être sa chambre de ce pensionnât de friqués aux allures de palace?

Décidément, sa concentration n’était plus de concert.

La réalité tout comme le temps se remirent les pendules à l’heure, du moins essayèrent, et le blondin eut droit à la réaction tant attendue de son maintenant ‘grand’ ami. Un silence naquit entre les deux hommes avant que Seto promette de se faire extrader le coiffeur qui s’occuperait de couper la pointe de ses cheveux et le visage de Lawrence s’éclaira alors que toute phrase de réponse préparé d’avance vola en un rire cristallin. Seto restait cet adolescent gêné, purement naïf et facile à manipuler, plan infaillible. Lawrence abaissa son cellulaire qui avait enregistré cette partie de leur discussion et se remit à rire de plus belle en faisant rejouer la scène.

-Magnificent, m’darling!, le blond perdit son souffle pour se remettre à rire d’un rire innocent et doux. Now I can blackmail you with this…, il montra la vidéo avant de continuer de pouffer de rire : Wonderful show-off of your emotions… Fetishism boy!, il avait prit une voix qui se voulait sensuelle sur les deux derniers mots, ce qui le refit rire.


Le blond faisait ça à la blague, il allait probablement s’en server pour faire quelques mauvais coups au brun, rien de bien méchant. Il ferma son cellulaire, gardant la vidéo pour son plaisir personnel. Devant d’autres personnes que lui, Ayamé et Shiguré, Seto devait probablement être très différent…

Le blondin cessa de rire d’un coup, happé par la marrée de la fatigue, sa vision s’obscurcit pour redevenir claire. Fichue basse pression. Fichue fatigue.

-Seto, pas que je veuille te quitter de si tôt, mais je veux me reposer un peu, le décalage entre l’Italie et ici…. M’en fait voir de moins en moins, je dirais. J’aimerais aller me coucher, et crois moi le plus tôt sera le mieux.

Lawrence se rappelait particulièrement de la manière dont Seto avait découvert son fétiche des cheveux, manque de sommeil, basse pression, un blond qui tombe sur brun, dans un semi coma et qui pionce dessus sans vouloir le lâcher, digne du plus grand alcoolique.

_________________
-
avatar
Lawrence Klein
Professeur de Musique
Professeur de Musique

Masculin
Nombre de messages : 58
Age : 27
Date d'inscription : 30/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nouvel enseignant de musique arrive [PV Seto]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum